Bienvenue sur ce blog !

Sexyloo communauté libertine chat coquin

Bienvenue sur le blog d'un passionné du sexe !

Ici, pas d'actrices porno ni de prostituée ! Mon crédo à moi ce sont les rencontres inopinées dans la vie de tous les jours où une fille se laisse convaincre de coucher avec un inconnu. Ce sont les histoires d'amitiés qui dégénèrent en plans sexe...

Je vous raconte ici mes aventures d'un jour dans les moindres détails ! Bonne lecture !

samedi 15 mars 2014

Comment pervertir une kabylle en manteau étriqué ?

Je la croise sur le quai d’une gare. Une fois que mon regard s’est posé sur elle, je ne l’ai plus lâchée. Elle est un peu plus grande que moi. Une longue chevelure bouclée brune rassemblée en une imposante touffe. Ses jolis traits de visage dénotent son origine kabyle. Elle a un regard fier, appuyé par son maquillage.

Elle porte une longue doudoune marron. Suffisamment épaisse pour masquer les formes de son corps. Deux jambes encollantées en émergent. A peine ai-je vu les formes de ses jambes que j’ai commencé à bander. Ses jambes ont l’air douces, désirables. Je la veux, je la veux.

Elle s’en est aperçue. Interloquée, elle a tourné le visage et a immédiatement aperçu la forme bosselée de mon pantalon. Gênée, elle a tenté de passer son chemin.



*

Je l’ai suivie sur le quai et me suis rapproché d’elle. La regarder marcher m’excite. Je m’imagine de plus en plus, lui écartant les cuisses. Je gonfle. Et puis elle s’arrête et se retourne.

J’en profite pour extirper mon sexe bandant qui grandit d’un cm sous ses yeux effarés. Mon regard prédateur ne lui laisse aucun doute sur mes intentions. Mon audace a pourtant suffi à la perturber. Elle est comme immobilisée.

Je laisse mes yeux parcourir ses mollets, puis remonter lentement entre ses rotules, puis remonter le long de ses belles cuisses. Je me représente déjà, les tenant en main. Je me lèche les babines, sous son regard médusé.

Je m’approche d’elle et, sans lui laisser le temps de réagir, m’empare du manteau et le soulève. Ainsi que sa jupe. Sous la jupe son collant est suffisamment transparent. Je vois le haut de ses cuisses, sa culotte blanche. Mon sexe gonfle instantanément.

Gênée, elle trouve la force de baisser son manteau. Une minute plus tard, je le soulève à nouveau et m’excite devant le spectacle. Et ainsi de suite, encore deux fois. Ma verge est maintenant énorme et douloureuse. Je veux passer à l’action.

*

Je m’approche d’elle. Elle est si tétanisée qu’elle n’ose même pas reculer. Je glisse mes mains sous sa jupe. Son corps est chaud, ses jambes fébriles tremblent. Je saisis son collant et lui adresse un regard conquérant. Lentement, je fais glisser son collant le long de ses jambes. Sa peau métissée est magnifique.

Je m’arrête et pose la main sur sa cuisse. Douce, molle. Adorable. Je lui caresse le haut de la cuisse. Elle est paniquée mais n’ose pas bouger. Je crois que si la peur domine, elle apprécie le contact de mes doigts audacieux. La chaleur de notre contact lui plaît.

Elle est encore très effrayée mais se laisse progressivement gagner par ses sensations. Alors, je m’empare à nouveau de son collant et le baisse totalement puis le retire.

Je remonte et glisse à nouveau mes mains sous sa jupe. Glisse des doigts sur ses cuisses, remonte sous sa petite culotte. Je viens caresser son fessier. Epais, moelleux, chaud. Je caresse l’arrière de ses cuisses, juste sous son fessier. Je devine sa poitrine gonfler, l’excitation augmente.

Elle se mord les lèvres tout en fermant les yeux. Je crois qu’elle a compris ce que je veux faire et qu’elle l’attend, maintenant.

*

Je continue à la caresser. Puis soudainement, je saisis sa culotte et tire légèrement dessus. La sensation de se faire déshabiller lui arrache un cri de surprise mêlé d’excitation. Je m’immobilise pour qu’elle prenne conscience de ce qu’elle vient de vivre.

Je sens l’excitation la gagner de plus en plus. Se dénuder commence à la mettre dans tous ses états. Elle appréhende encore un peu la fragilité mais a en même temps envie d’être déculottée. Je glisse à nouveau mes mains sous sa culotte et lui caresse les cuisses et les fesses. Elle se laisse envahir par de douces sensations que j’interromps brutalement en recommençant à tirer légèrement sur sa culotte.

Elle m’adresse un regard plein de désir. Cette fois, elle est prête. Je saisis dès lors sa culotte et l’abaisse. La laisse tomber le long de ses jambes. A terre.

Cette vision déclenche en moi une terrible réaction. Mon sexe gonfle au maximum et je sens le sperme monter en moi. Elle comprend qu’il est temps d’agir.

Lentement, elle s’agenouille. Puis s’allonge sur le dos. Redresse ses cuisses, les replie et les écarte.

*

Elle me dévoile sans pudeur une magnifique moule qui semble n’attendre que moi. Je ne me fais pas prier. Je m’agenouille devant elle, viens saisir ses jambes et les soulever.

J’approche mon sexe de son corps. Puis, je me lance et la pénètre.

Je lui arrache un cri de douleur sous l’assaut de mon sexe gigantesque. Elle a aimé cette première pénétration. Je sors et la pénètre à nouveau. Et commence à la prendre sur un rythme modéré, ponctué par des pénétrations assez rudes.

Progressivement, j’accélère le rythme de mes pulsions. Ses cris augmentent, ils me rendent dingues. J’accélère le rythme. Encore et encore.

Jusqu’au moment ultime où, dans un râlement terrifiant, je l’ensemence. Une première fois. Puis une deuxième énorme giclée. Et une dernière.

Elle est essouflée. Epuisée. Je me retire d’elle, profondément satisfait de moi !


*

Cette histoire t'a plu ? Alors évalue ton branlomètre en notant ci-dessous le récit ! Au bout de 50 évaluations sur le blog, je publierai un nouveau récit !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Suis moi sur Twitter

Pour suivre mes exploits, abonne-toi à mon fil Twitter : https://twitter.com/sexual_guy1