Bienvenue sur ce blog !

Sexyloo communauté libertine chat coquin

Bienvenue sur le blog d'un passionné du sexe !

Ici, pas d'actrices porno ni de prostituée ! Mon crédo à moi ce sont les rencontres inopinées dans la vie de tous les jours où une fille se laisse convaincre de coucher avec un inconnu. Ce sont les histoires d'amitiés qui dégénèrent en plans sexe...

Je vous raconte ici mes aventures d'un jour dans les moindres détails ! Bonne lecture !

jeudi 26 juin 2014

Je saute ma collègue de bureau en tenue d'écolière !

Maj 30 octobre 2014 : Cet article a été lu 3100 fois depuis le mois de juin (+500 en 2 semaines)  !

Il est tard. Nous sommes tous les deux seuls au bureau. La nuit est tombée. Elle est jolie. Elle a de belles formes plantureuses mesure 1m70. Une chevelure noire soyeuse parcourt sa nuque et descend jusqu'au quart du dos. Elle porte un chemisier blanc qui moule ses seins protubérants. Une jupe plissée noire de taille moyenne cache ses jambes. Elle a de magnifiques mollets et quand elle marche, sa jupe volette. J'ai eu tout le loisir d'admirer ses cuisses. J'ai très envie d'elle.

Nous nous sommes lancés un défi : en fin de journée, elle devait me faire une fellation sur le canapé du bureau. Le bureau vide, je m'y suis assis. J'ai extirpé mon pénis bandant. Elle s'est assise à côté de moi et a mis mon sexe dans sa bouche. Pendant 10 minutes, elle m'a sucé avec langueur et je n'ai même pas osé la caresser. Maintenant, mon pénis est gonflé à bloc, exhibé sans pudeur devant elle. Je suis assis sur le canapé, elle marche en long et en large dans la pièce. Son prochain défi consiste à faire gonfler davantage mon sexe et me faire éjaculer.



Ca t'intéresse de savoir comment une relation professionnelle se transforme en gros plan cul ? Lis la suite et note mon récit en cochant une case en bas (mauvais, moyen, bon, super bandant) !



Tandis qu'elle marche, je regarde ses formes et cela m'excite. Elle a des formes magnifiques et j'ai une forte envie de la pénétrer. Je crois qu'elle n'a pas encore compris que je la désire à ce point. Elle ne remarque pas mon regard carnassier, le filet de salive qui s'écoule de ma bouche. Alors, je lui ai proposé, un sourire au coin des lèvres, de faire virevolter sa jupe pour me montrer sa petite culotte.

- Cela devrait m'exciter suffisamment ! Lui dis-je.
Elle entame alors une danse devant moi. Elle dandine un peu des hanches. Bien que la nuit soit tombée, les lampadaires dégagent suffisamment de lumière. Par transparence, je vois ses cuisses. Elle a des formes vraiment magnifiques ! Ses cuisses tiendraient entre mes mains. Elle danse devant moi et sa jupe se soulève légèrement de temps à autre. Puis, elle saisit des pans de sa jupe et la fait virevolter. Sans pudeur, sans retenue, elle me montre sa petite culotte blanche. Je pousse instantanément un râlement de jouissance.

Mon regard se pose sur son entre-cuisse. Ses formes sont vraiment superbes. Je meurs d'envie qu'elle me chevauche. Au début, les yeux fermés et concentrés à ce qu'elle fait, elle ne remarque rien. Elle croit que je regarde sa culotte. En ouvrant les yeux, elle réalise que je regarde son entre-cuisse. Maintenant, elle a compris que je veux me la faire.

*

Elle cesse sa danse et, gênée, me dit qu'elle ne sait plus quoi faire pour m'exciter. Elle me reproche de ne pas lui donner d'idées.
- Je n'ai pas envie de t'aider pour une raison très simple : je veux qu'on couche ensemble !
Elle pousse un "Oh !" de surprise. Nous sommes quand même collègues de travail. Eh bien oui, mais je veux sauter ma collègue. 

Je lui demande de s'approcher davantage de moi. Je m'affale un peu plus et la regarde à nouveau danser, soulever sa jupe, me montrer sa culotte et dandiner des jambes. Ses cuisses sont vraiment très désirables, je la désire de plus en plus fortement. N'y tenant plus, je lui demande de me chevaucher.

Elle s'approche alors de moi et écarte les jambes pour s'asseoir sur mon pénis gonflé à bloc. Le contact de mon sexe sur sa culotte la gêne légèrement. Elle rougit délicieusement. Je passe mes mains autour de sa taille. Son corps est chaud, elle se laisse faire. Je sens qu'elle se détend et apprécie notre contact. Je viens poser ma main gauche sur sa cuisse et la caresse lentement. Sa peau est douce, lisse, chaude. J'adore ce contact et elle aussi, visiblement. Je la caresse pendant plusieurs minutes. Nous nous regardons avec beaucoup de tendresse. Pour m'encourager, elle vient m'embrasser. 

Ses lèvres sont humides. Elle embrasse bien et sa langue est très douce. Je viens la chercher, elle se laisse embrasser langoureusement. Je caresse à nouveau sa taille. Puis audacieusement, je viens glisser mes mains sous sa jupe. Elle le sent mais se laisse faire. Je touche la chair de son fessier. Protubérant, doux, légèrement mou. Je caresse ses fesses pendant une minute. Puis je remonte le long de sa culotte et entre. Je dépose mes pouces sur ses fesses et les caresse. J'adore le contact avec ses bosses molles.
Elle est surprise, elle se recule légèrement, le temps d'apprécier le contact. Elle me sourit avec gourmandise. Elle apprécie manifestement mon audace. Cela dure deux minutes, sans aucune parole échangée.

*

Alors, elle vient poser ses mains sur mes épaules et cambre sa poitrine pour exhiber ses seins sous mes yeux. Puis elle vient frotter sa culotte contre mon sexe. Je frotte ses lèvres vaginales au-dessus du vêtement. Elle se balance lentement, d'avant en arrière. J'apprécie ce contact et sens mon sexe gonfler encore un peu plus. Elle comprend maintenant le sens de mon regard affamé et devine à quel point j'ai envie d'elle. Je continue de lui caresser les fesses.

Puis je m'arrête et retire mes mains de sa culotte malgré l'envie de déchirer son tissu. Puis je retire mes mains et viens saisir le pan avant de sa jupe, que je soulève. Sa culotte blanche m'apparaît à nouveau. Elle m'illumine presque. Elle continue de se balancer et j'admire encore un peu sa manière d'écarter les cuisses au-dessus de moi. Elle me regarde d'un air lubrique, elle sait parfaitement qu'elle me rend dingue. Elle frotte de plus belle sa culotte contre mon sexe.

- Tu aimerais que je perde ma petite culotte, n'est-ce pas ? Me jette-t-elle sur un air de défi. Eh bien il va falloir le mériter.
Pendant qu'elle m'allume, je caresse son dos avec mes deux mains. Elle se laisse faire, je devine maintenant de plus en plus les contours de son corps tandis que ses seins gonflés se dressent devant moi. 

N'y tenant plus, je viens saisir son chemisier et le déboutonne lentement. Elle me laisse faire ravie. Un peu apeurée mais manifestement amoureuse. Son superbe ventre m'apparaît. Puis son plexus, ses cotes et ses seins sous son soutien-gorge blanc. Elle me laisse retirer sa chemise. Je la sens de plus en plus vulnérable mais pas encore au point de se faire sauter.

*

Elle se dégage de moi et viens s'asseoir à mes côtés. Sans me laisser le temps de réagir, elle s'allonge sur le ventre et vient saisir mon sexe dans sa bouche ! Elle démarre une fellation langoureuse ! Son haleine chaude me rend dingue, je halète de plaisir. Je la regarde me sucer lentement. De temps à autre, elle ôte mon sexe de sa bouche et me demande d'éjaculer. A mon tour de la rendre dingue. Je saisis sa tête et la penche en avant pour qu'elle poursuive la fellation.

Alors, je me tourne vers son corps, saisis le pan arrière de sa jupe et le soulève. Elle me laisse ainsi une nouvelle fois regarder sa culotte. J'admire les formes de son corps puis, de la main droite, vient caresser ses cuisses. Je pars du milieu et remonte jusqu'à l'entre cuisses. Je la sens excitée. Alors je parcours sa culotte. Glisse ma main dessous pour caresser ses fesses. Vient poser un doigt sur ses lèvres vaginales. Cela dure une dizaine de minutes. Elle se retire enfin, essoufflée.

Elle se lève, moi aussi. Le sexe gonflé et pointant vers elle, menaçant. Elle comprend que je veux vraiment la pénétrer mais elle n'est pas prête. J'avance, elle recule. Je la fais reculer jusqu'à une table sur laquelle elle s'allonge involontairement. Je m'approche d'elle jusqu'à coller mon pénis contre sa jupe. Elle tremble, elle a peur. Elle sent mon sexe dans toute son importance et se sent très fragile.Elle crie "non", "non". Alors, je soulève sa jupe et passe la main droite sous sa cuisse gauche pour l'écarter.

Je la pousse en avant et me pose sur elle. Je colle ma joue contre la sienne. Son corps est crispé, elle halète et je sens sa respiration saccadée. J'en profite et donne de forts coups de butoirs contre sa culotte.
- Je veux te pénétrer !
Elle pousse de petits cris sous mes coups de butoir, rassurée par la solidité de sa culotte. Chemin faisant, je profite de mes saccades pour écarter ses cuisses. Je veux qu'elle m'appartienne totalement, qu'elle abandonne toute résistance. Ses seins gonflent, elle aime cela même si elle craint encore de se dénuder pour moi. Elle apprécie ma manière d'écarter ses cuisses. Mes assauts durent quelques minutes. Puis je me retire, la laissant souffler un peu.


Elle se redresse et se lève pour quitter la pièce. A l'entrebaillement de la porte, elle s'arrête. Puis, s'immobilise de dos. Elle est belle, elle est très belle.

Elle commence alors à se dandiner, fait voltiger sa jupe qui se relève. Je vois ses cuisses, puis le haut de ses cuisses. Sa culotte. Ah ses cuisses sont délicieuses. Tu écartes les cuisses pour moi ! Excitée, je lui cours après, la stoppe net dans sa course en l'enserrant à la taille.

Je la plaque contre un mur. Elle pose ses mains contre la paroi, joue collée contre le plâtre. Elle est toute émotionnée en attendant ce que je vais faire. Alors, je soulève sa jupe et enfonce mon pénis dans sa culotte. Elle sent une pression forte contre son fessier. Elle sent comme je veux entrer en elle. Je pousse puis me retire. Plusieurs fois de suite en caressant ses bras dénudés. Elle se sent terriblement vulnérable en sentant un gros bâton tenter d'entrer en elle. Je me colle contre son corps et débite des cochonneries dans son oreille. Elle sourit, gênée mais en appétit.

Alors, je la soulève, la retourne et la pose délicatement au sol. Puis, m'agenouillant à côté d'elle, je lui écarte les cuisses avec mes avants-bras. Elle se laisse faire, elle est de plus en plus prête à se laisser faire. Je regarde sa culotte et devine ses lèvres vaginales sous la culotte. Je me glisse en elle entre ses cuisses et enserrant son buste de mes bras, frotte mon sexe contre sa culotte. Elle sent le contact charnel et apprécie de plus en plus mon audace. Elle ferme les yeux, s'abandonne en se léchant les babines.

Je sens ses seins gonfler contre mon torse. Je sens sa respiration. Elle est de plus en plus en rut, même si elle se retient. Sa culotte s'humidifie doucement sous mes assauts. Sois mienne, jolie brune ! Cette scène dure 5 minutes environ. 

Puis, je me redresse légèrement et m'avance. Elle est surprise de voir mon pénis approcher de son visage. Lentement, sans violence, je l'approche de ses lèvres. Elle comprend et ouvre lentement la bouche. Laisse mon pénis s'insérer en elle. Je lui fais alors faire une fellation, allongée sur le sol. Parfaitement passive, elle se laisse pénétrer la bouche et constate avec étonnement que mon sexe durcit maintenant fortement. Elle comprend que je suis fin prêt à la sauter. Que je n'ai envie que de me la faire. Elle lèche alors mon sexe et l'imprègne de sa salive chaude. Elle suce dans un fort bruit bucal. Puis je me retire d'elle. 


Elle se redresse et se relève. elle entre dans un bureau. Je la suis. Elle s'approche d'une bibliothèque et en sort un livre pour le lire. Je crois qu'elle veut se donner un temps de repos mais je n'ai pour ma part aucune envie qu'elle se repose ! Je veux la sauter, un point c'est tout !

Je lui demande de s'approcher du bureau et la penche en avant sur le plateau. A côté d'elle, j'attrape le pan arrière de sa jupe et la soulève. J'enfonce alors à la main sa petite culotte contre son fessier. Elle comprend que son corps m'appartient de plus en plus. Puis j'abaisse sa jupe et vient déposer de doux baisers sur son dos. D'abord le bas du dos, puis je monte lentement. Elle apprécie ses baisers et jouit de sentir sa poitrine écrasée contre le bureau. Profitant de son état d'excitation, je dégraffe son soutien-gorge et continue d'embrasser sa colonne vertébrale.

Quand je la redresse, elle constate avec stupéfaction que son soutien-gorge tombe. Son premier réflexe est de cacher ses gros seins entre ses mains. Je me glisse alors derrière elle et l'enserre. Pose mes mains contre son ventre. Elle comprend le message et lâche sa poitrine. Je caresse alors encore son ventre pendant quelques minutes puis remonte. Enfin, je viens saisir ses seins à pleines mains. Ils sont gros, gonflés et fermes. Ses tétons sont déjà durs. Elle se laisse caresser, laisse sa tête tomber contre son épaule et apprécie ces caresses érotiques qui durent de longs instants. Ses seins gonflent entre mes mains.

Je la sens s'abandonner de plus en plus mais il y a encore beaucoup de chemins à parcourir. Elle s'abandonne en tout cas à moi, ravie que sa poitrine me plaise. Elle s'extirpe ensuite de mon étreinte et va s'enfermer dans les toilettes.

*

Tant pis, j'entre dans les toilettes pour dames ! Nous sommes seuls, elle n'est pas spécialement choquée. Je viens l'attraper par derrière et l'enserre à nouveau par la taille. Je glisse ma main sous sa jupe, elle comprend parfaitement où je veux en venir mais je veux la rassurer.

Je laisse mon index droit glisser sur le côté de sa culotte. Je caresse le haut de ses cuisses. Puis je viens doucement poser la main sur son pubis. Cela l'excite instantanément. Son corps est brûlant ! Je la caresse lentement tout en massant son ventre qui se contorsionne par saccades. Elle apprécie une fois de plus mon audace et a envie de se donner. Doucement, avec panache, je remonte alors le long de sa culotte et vient titiller le bout de sa culotte. Elle s'immobilise, attendant ce que je vais faire.

Ne sentant aucune résistance, je glisse ma main sous sa culotte et vient saisir ses poils. Elle salive de jouissance et me laisse lui caresser ses parties génitales. Je me promène à nouveau le long de son pubis puis vient chatouiller ses lèvres vaginales pendant quelques minutes. Elle est en rut, totalement en rut. La tête abandonnée sur mon épaule. Je sens que ses jambes commencent à vaciller alors je pénètre son vagin avec deux doigts et la pénètre.
A chaque assaut de mes doigts, elle pousse un petit cri d'orgasme. Elle adore cela même si cela fait un peu mal. Mes entrées et sorties la mettent en émoi, elles tremblent de plus en plus. Je la tiens par le ventre mais je sens qu'elle est prête à lâcher. Je ne ne peux dès lors la pénétrer que pendant quelques minutes. Puis ses jambes lâchent et je ne peux qu'accompagner sa chute par terre.

Elle trouve quand même la force de ramper pour s'adosser à un mur. Puis, levant la tête, elle me jette un regard aguicheur ! Elle replie ses jambes et les lèves doucement. Suffisamment pour faire glisser les pans de sa jupe qui dévoilent ses cuisses puis sa culotte. J'admire à nouveau son vagin et suis pris d'une très forte envie de la pénétrer. Elle écarte à nouveau les cuisses pour m'allumer encore un peu plus !

Alors, je viens m'agenouiller près d'elle et glisse de force mon énorme sexe gonflé entre ses seins ! Elle est très surprise mais me laisse agripper ses nichons et malaxer mon pénis. Puis je me redresse et approche mon sexe de ses lèvres. Elle en lèche le bout avant d'entamer une nouvelle fellation. Encore plus langoureuse, plus humide ! Elle me rend totalement dingue et la fellation dure quand même quelques minutes ! A bout de souffle, elle arrête de me sucer, se relève et quitte les toilettes pour retourner au bureau !

*

Elle traverse un long couloir. Je l'arrête et l'immobilise contre un mur ! Puis je me penche en avant et viens embrasser ses seins lourds en plusieurs endroits. Elle saisit mon visage, caresse mes cheveux pendant qu'elle tortille des jambes. Pour la rendre dingue, je glisse une main sous sa jupe et la pose sur son pubis pendant que je suce ses tétons gonflés à bloc ! 

Le téléphone se met soudainement à sonner. Surprise, elle se dégage de mon emprise et se précipite dans son bureau.

*

Je la retrouve assise sur mon siège, le combiné téléphonique à l'oreille. Quand elle m'aperçoit, elle s'éloigne de son bureau et glisse sa main sur ses cuisses. Elle se caresse doucement pour me donner envie puis remonte lentement sa jupe  ! Elle me montre à nouveau son entre-jambe, sa culotte mouillée ! Elle me jette des clins d'oeil ravageurs. Cette fille est un appel au sexe et elle ne se donne toujours pas totalement à moi !

Ses seins se dévoilent sans aucune pudeur. J'ai envie de la prendre dans mes bras et de lui faire l'amour comme un fou ! Alors je m'avance vers elle m'agenouille devant son siège. Je viens déposer des baisers sur ses cuisses. Elle est surprise mais apprécie ! Sa peau est incroyablement douce, j'adore l'embrasser. Je remonte lentement le long de chaque cuisse puis entre les cuisses. Et je finis en déposant un baiser sur son pubis. Elle ne peut réprimer un petit cri d'excitation, ce qui surprend son interlocuteur ! 

Gênée, elle se dégage de mon emprise et se lève. Elle se penche en avant. plus exactement, elle s'affale en avant sur son bureau, exhibant son fessier sous sa jupe ! Alors je soulève sa jupe, viens saisir la culotte et l'abaisse pour libérer son fessier rebondi ! Toujours au téléphone, elle pousse néanmoins un cri de surprise ! Je m'en fiche, je continue. Je caresse ses fesses du doigt. J'ai envie de les écarter et de regarder son orifice. Mais elle ne m'en laisse pas le temps, elle remet sa culotte en place d'une main puis se relève et raccroche !

Je m'asseoir sur son siège et l'attire à moi pour qu'elle s'asseye sur mon pénis ! Elle me laisse faire. Avec audace, je viens donc glisser mes mains sous sa jupe et saisis les pans de côté de sa culotte. Je caresse sa peau tout en tirant sur le sous-vêtement.
- Et si tu perdais ta petite culotte pour moi ?
- Essaye toujours de me l'ôter ! Tu verras bien si j'accepte !
Tu ne me le rediras pas deux fois !

*

Nous nous levons, elle se retourne. Je m'agenouille devant et tout en la fixant du regard, glisse mes mains sous sa jupe pour attraper les pans de sa culotte. Elle me laisse dégager son fessier mais sentant le sous-vêtement lui échapper, dans un sourire gêné, elle se penche en avant et la rattrape. Elle tente de la remettre. Je tire doucement et gentiment dessus en lui demandant de me laisser faire mais elle refuse. Je réessaie et m'excite à la perspective qu'elle la perde mais non, elle ne veut pas. J'abandonne, elle se rhabille.

Je la laisse s'éloigner de moi et rejoindre le centre de la pièce. Puis je la rattrape par derrière et pose ma main sur son ventre. Elle est totalement amoureuse de moi, chaque contact lui plaît. Elle laisse échapper un sourire de satisfaction. Je glisse à nouveau ma main droite sous sa jupe et viens saisir sa culotte. 
- Je veux te pénétrer ! Laisse moi ôter ta culotte.
Elle se penche en avant soudainement, gênée. La culotte tombée à mi-cuisses, elle la rattrape et tente de la remettre mais je continue de tirer dessus. Pendant ce temps, son fessier frotte contre mon pénis.Excité, je continue ! Je lâche soudainement, la laisse se rhabiller. Puis la presse contre moi.
- Imagine ce qui se passera lorsque ma verge entrera en toi tout à l'heure !
Elle pousse une exclamation de surprise.
- Imagines-tu la scène d'amour ? Je veux entendre tes cris d'orgasme !

J'adore sentier son fessier bouger contre mon sexe. Je profite qu'elle se rhabille pour le glisser dans son entre-cuisses et me mouvoir d'avant en arrière pour frotter. Cela lui plaît.

Elle se retourne, s'allonge sur le dos au sol. Je m'agenouille devant elle, glisse mes mains sous sa jupe et, cette fois, retire sa culotte. Elle se laisse faire, je lui écarte les cuisses et la pénètre. Son corps se cambre de douleur et de jouissance. J'entre en elle puis ressort. D'abord lentement. Puis de plus en plus rapidement. Puis par saccades bourrue. Ses cris de douleur me rendent absolument dingue, je sens le sperme monter en moi.

Et ce qui devait arriver arriva ! Dans un énorme râlement, j'éjacule en elle. Une première fois. Puis une deuxième et une dernière. Epuisé, je me laisse tomber sur elle, le sexe toujours enfoncé dans son vagin. Elle m'entoure de ses bras, plus amoureuse que jamais. 



Cette histoire t'a plu ? Alors évalue ton branlomètre en notant ci-dessous le récit ! Au bout de 50 évaluations sur le blog, je publierai un nouveau récit !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Suis moi sur Twitter

Pour suivre mes exploits, abonne-toi à mon fil Twitter : https://twitter.com/sexual_guy1