Bienvenue sur ce blog !

Sexyloo communauté libertine chat coquin

Bienvenue sur le blog d'un passionné du sexe !

Ici, pas d'actrices porno ni de prostituée ! Mon crédo à moi ce sont les rencontres inopinées dans la vie de tous les jours où une fille se laisse convaincre de coucher avec un inconnu. Ce sont les histoires d'amitiés qui dégénèrent en plans sexe...

Je vous raconte ici mes aventures d'un jour dans les moindres détails ! Bonne lecture !

jeudi 17 juillet 2014

Je pervertis une étudiante dans une gare

Je patiente pendant que l'escalator me transporte vers l'étage inférieur. A côté de moi, une rambarde montante. Et c'est là que je l'aperçois. Une jeune étudiante. De petite taille, une silhouette fine. Elle porte une jupe grise qui moule les formes de ses fesses. Une jupe courte. Elle porte un collant chair transparent. Elle a de magnifiques jambes !

Je lève la tête et me rends qu'on compte qu'elle se tient debout sur deux marches. Son écartement de cuisse me fait immédiatement bander. La jupe remonte suffisamment pour dévoiler la moitié de ses cuisses. Je meurs d'envie de voir sa culotte mais rien n'est à ma portée. Tout ce que je veux maintenant, c'est attraper ses jambes. Les écarter et la prendre. Elle n'a pas fait attention à moi, elle ne s'est rendue compte de rien. Sans crier gare, je saute au-dessus de la rampe et retombe sur l'escalator où elle se tient. Elle est assez loin devant moi mais elle a du chemin à faire. Cet escalator est interminable et, pour ma joie, entouré par deux murs. 

Je monte doucement les marches, j'ai faim. J'ai faim de son corps.

*

Je finis par la rejoindre. Elle est un peu tendue et en apercevant mon regard prédateur, elle a vraiment peur. Elle est plus petite que moi. Un petit minois, une chevelure blonde de feu repliée en chignon. Son cou est adorable, je veux y déposer des baisers ! Je me penche en avant et pose fermement ma main droite sur sa fesse. Choquée, elle pousse un petit cri mais je saisis également son bras gauche pour la retenir. Sa peau est douce. J'aime le contact avec ses poils.


Bienvenue pour lire la suite de ce récit ! Merci de le noter en cochant, au bas, la case correspondant à ce que tu en as pensé ! Ca me motivera !


Je caresse son fessier. Ferme, protubérant. La jupe en resserre visiblement la forme. Elle me laisse faire mais je sens bien qu'elle a peur. Elle agite les jambes nerveusement. Je me penche devant elle et tout la caressant, je la regarde balancer chaque jambe d'avant en arrière. Sa manière d'écarter les cuisses me rend totalement dingue. Elle s'en rend rapidement compte et jette machinalement un regard sur mon pantalon, sur la bosse de mon pantalon. Elle a tout de suite compris mes intentions !

Je passe alors mon bras gauche autour d'elle et pose ma main sur son ventre. Puis je me colle à elle. Le contact de mon sexe gonflé à outrance la rend nerveuse. Je dépose des baisers langoureux sur son cou pour la rassurer. Elle sent terriblement bon et apprécie le contact de mes lèvres. Elle se sent davantage rassurée et apprécie ce moment sensuel. Je caresse son ventre lentement et je le sens se tendre. J'entends ses murmures. Elle apprécie cet audace même si elle a encore peur.

Je pose ma main droite sur sa cuisse droite. Sur sa jupe. Le vêtement est agréable au toucher et la chaleur de son corps me fait perdre la tête. Doucement, mes doigts glissent le long de sa jupe. Je la sens devenir plus nerveuse, elle a peur que je passe la main sous son vêtement, visiblement. Je glisse simplement deux doigts et les pose sur sa cuisse. Elle apprécie mais panique et commence à se démener un peu en gesticulant. Je me penche en avant. Son chemisier est fermé, je ne vois pas ses seins. Mais je vois la jupe remonter et sa manière d'écarter les cuisses m'obsède à nouveau !

*

Alors, avec autorité, je la soulève, la retourne et la fait s'agenouiller. Elle pose ses mains deux marches devant moi. Elle écarte les jambes le temps que j'y aventure la mienne. Je ne vois toujours pas sa culotte. Elle regarde dans ma direction. Je vois bien qu'elle est totalement obnubilée par mon pantalon. Alors, soudainement, je le défais et l'ouvre. Un énorme sexe gonflé à bloc émerge, elle pousse un petit cri de surprise. Je veux qu'elle regarde mes testicules et mon sexe. Qu'elle n'ait aucun doute : oui, je veux me la faire !

J'approche lentement mon sexe de son visage pour qu'elle le voit mieux. Elle comprend. Elle a peur mais visiblement, elle ne s'opposera pas à messouhaits ! Alors, j'approche encore un peu plus mon sexe de sa bouche. Elle est absolument tétanisée et incapable de bouger.

J'avance encore et mon sexe vient effleurer ses lèvres. Douces, fraîches, humides. Je bande encore un peu plus. Mon pénis entre lentement entre ses lèvres. Ses dents s'écartent. Je viens toucher sa langue et pousse un râlement de jouissance. Puis je la fais sucer en me balançant d'avant en arrière. Elle se laisse faire. Elle a peur de ce qu'elle fait mais en même temps, elle aime bien. J'entre et ressors lentement, puis plus vite. Puis je saisis sa tête et la balance également jusqu'à lui faire sucer rapidement. 

Je stoppe soudainement ce manège. L'escalator nous a conduit à bon port.

*
Elle quitte l'escalator et progresse rapidement. Elle s'approche d'une vase double-porte en verre. Je la rejoins en courant et la plaque contre l'un des battants verrouillé. Elle prend à nouveau peur et se démène un peu. J'enfonce pendant ce temps mon sexe dans sa jupe. Je mime des pénétrations et crie à chaque assaut. Elle sent ses seins s'écraser contre la vitre, sous les yeux ahuris des usagers qui la regardent. Ses seins frottent contre le verre et gonflent.

Alors, je la recule légèrement et défais un à un les boutons de sa chemise. Elle est à nouveau immobilisée par la terreur mais me laisse faire. Enfin, le vêtement tombe. Je découvre avec curiosité ses seins, son soutien-gorge rose magnifique. Sa peau est superbe, elle irradie à la lumière. Elle est vraiment incroyablement belle, cette fille ! J'ai de plus en plus faim ! Je glisse les mains sous son soutien-gorge. Le contact avec sa peau m'électrise, je la "pénètre" violemment pour la scotcher contre la porte. Puis je tripotte ses tétons. Imposants, épais. Elle halète mais jouit. Elle laisse échapper de petits cris d'orgasme pendant que je manipule sa poitrine. Puis je retire son sous-vêtement et frotte ses seins à nouveau contre la fenêtre. Elle pousse un vaste cri de rut en sentant le lait s'étaler sur le matériau !

Je m'empare ensuite de ses bras et dépose une derrière caresse tout du long. Elle est terriblement excitée mais contient encore ses pulsions. Elle n'est pas prête mais de plus en plus, elle se soumet ! Notre contact prend fin, elle est décidée à reprendre la route. Elle pousse la porte et s'avance près des portiques. Elle veut valider son ticket de transport et prendre le train.

*

Je me rapproche et l'attrape par derrière, passe un bras autour de sa taille. Je laisse mes deux mains tomber en direction du sol, je saisis les pans de sa jupe et les relève. Elle se cambre en deux pour tenter de résister. Le contact de son fessier contre moi me donne encore plus faim. Je n'ose plus regarder son entre-jambe, j'ai peur d'éjaculer maintenant ! Trop vite !

Qu'importe, je passe les mains sous sa jupe et agrippe un pan de son collant. Puis je tire dessus. Elle se démène pour m'empêcher d'agir mais elle sent bien que plus elle bouge, plus cela m'excite. Je souffle maintenant sur ses épaules. Un souffle chaud qui la rend apparemment dingue. Elle hésite entre pousser des cris d'orgasme et des appels à l'aide. Je réussis à l'exciter suffisamment pour qu'elle lâche prise. Je parviens alors à retirer son collant. Ses jambes épilées sont douces. Je la penche en avant, les formes de ses fesses se dessinent un peu sur sa jupe. Je caresse le haut de ses cuisses, jubilatoire ! Ses petits pieds sont délicats.

Je la saisis à nouveau à la taille et la colle contre moi. Je passe ma main droite sous sa jupe et elle comprend tout de suite ce que je veux faire. Elle prend peur et s'agite une nouvelle fois mais je viens toucher son pubis. Je la caresse rapidement et viens frotter avec les doigts ses lèvres vaginales. Elle saisit mon bras avec ses deux mains et tente de m'écarter mais elle sent bien qu'elle ne résistera pas longtemps. Je frotte ses lèvres et sens que sa culotte devient humide.

Au bout d'une trentaine de secondes de ce traitement, elle ne parvient plus à résister. Elle laisse des cris s'échapper, elle est de plus en plus essoufflée. Alors, je remonte doucement et glisse ma main sous sa culotte. Je caresse sa forêt puis vient caresser à nouveau ses lèvres. Son corps se cambre immédiatement. Elle doit s'appuyer contre le stand d'un marchand pour ne pas tomber. Elle me laisse la mettre totalement en rut. Elle semble avoir perdu toute son énergie. Ce ne sont plus des cris de ruts mais un râlement lascif que j'entends.

J'insère deux doigts dans son vagin. Petite secousse du corps ! Elle s'abandonne totalement à moi. Elle finit par tomber par terre à quatre pattes. Je la suis et continue. Je veux que tu te donnes entièrement à moi. Autour de nous, les passants âgés sont rassurés de voir qu'elle est consentante. Les hommes plus jeunes envient le plan sexe que je me prépare ! Je continue encore quelques minutes. Puis je saisis sa petite culotte et la retire. Elle me laisse faire, reste à quatre pattes.

*

Elle attend maintenant que j'agisse et je ne vais pas me faire prier !

Je soulève sa jupe. Son vagin m'apparaît nettement. Superbe moule ! Je me place derrière elle et insère en une seule fois mon long pénis !

Elle se redresse instantanément et crie. Je commence alors à la prendre par derrière. Par à coups rapides et espacés. Une première fois, je me retire. Deuxième pénétration plus forte. Je me retire. Je m'enfonce en elle si facilement ! Sa moule semble totalement ouverte. Les usagers m'applaudissent pour m'encourager alors j'accélère.

De petits coups plus rapides puis une pénétration à rythme intense pendant plusieurs minutes. Je me penche en avant et saisis ses seins gonflés à pleines mains. Tout en continuant de la prendre. Elle me laisse totalement faire et pousse des cris qui me font perdre la raison. Sa peau est encore plus douce. Sucrée au contact de mes baisers. je souffle dans ses cheveux, colle mon visage à elle. Elle est de plus en plus amoureuse.

Je me retire d'elle et me lève. Je veux qu'elle croit avoir encore un peu d'énergie et de liberté. Je pense qu'elle n'a pas encore compris que je veux l'ensemencer. Totalement épuisée, les yeux vides, elle se relève et s'approche des portiques. Elle tente de passer le badge mais n'y arrive pas. Je la rejoins alors pendant qu'elle tombe contre le portique.

Je la saisis par la tête, glisse mon sexe sous sa jupe et remonte. La pénètre. Elle pousse un cri d'orgasme puis me laisse la prendre par saccades.Elle a juste assez de force pour se tenir au portique pendant qu'elle est appuyée contre moi. Sa tête contre mon épaule. Cette fois, elle se soumet entièrement !

J'accélère et je pousse alors de légers râlements craintifs. Le sperme monte. Elle comprend alors ce que je veux faire. Et, paniquée, trouve son badge, le valide et passe le portique pour tenter de m'échapper. Mais totalement épuisée, elle fait quelques pas et tombe par terre.

*

Je m'approche d'elle. Sa jupe est remontée, je vois le haut de ses cuisses. Elle se retourne pour me regarder. Elle s'appuie sur ses mains et tente de reculer. Elle n'y arrive que péniblement. Elle a peur. Elle voit mon sexe gonflé à outrance, le sperme prêt à jaillir. Elle ne se sent pas capable de résister. Autour d'elle, la foule m'encourage totalement et attend que je la pénètre une dernière fois et éjacule en elle.

Je m'approche d'elle, souriant cette fois de manière amicale et rassurante. Je passe une main sur ses joues. Elle respire fortement mais ma caresse l'apaise légèrement. Ses seins luisent à la la lumière. Je pose la main sur sa poitrine gonflée. Délicieuse ! Je me penche alors en avant et viens baiser ses tétons ! Je les lèches, les baise, les suce. Elle adore ce contact. Toujours appuyée sur ses bras, elle ferme les yeux et se mord les lèvres. Puis je caresse à nouveau sa poitrine, l'entre-seins. Descends le long du ventre. Je caresse ses cuisses ensuite, d'avant en arrière. Lentement. Elle apprécie le contact de mes mains.

Je la caresse lentement, pendant quelques minutes. Je sens qu'elle se détend. Elle n'a pas beaucoup de force mais je la vois esquisser un effort pour ouvrir son corps. Alors, je passe un bras sous une cuisse et la soulève. Puis mon autre bras soulève sa deuxième cuisse. Elle se laisse tomber sur le dos. Sa moule luit au soleil. Elle halète totalement d'excitation mais je lis sur ses lèvres : "prends moi !". A nos côtés, la foule n'en peut littéralement plus ! Tout le monde attend l'action.

Je dépose des baisers doux sur ses mollets. Et je m'avance et m'enfonce totalement en elle ! Je la pénètre fortement et la prend par saccades bourrues. Elle trouve la force de crier. J'accélère. 

J'accélère encore un peu plus. Ses cuisses sont maintenant totalement écartées. Je suis au maximum de mes capacités lorsque je me crispe soudainement en poussant un énorme hurlement d'ours. Elle sent une énorme giclée de sperme sortir en elle. Je la prends à nouveau et l'ensemence une deuxième fois. Puis une dernière.

Je m'arrête et me retire, sous les vivats du public. Elle même est absolument ravie de notre rencontre. Maintenant, il faut qu'elle récupère.


Cette histoire t'a plu ? Alors évalue ton branlomètre en notant ci-dessous le récit ! Au bout de 50 évaluations sur le blog, je publierai un nouveau récit !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Suis moi sur Twitter

Pour suivre mes exploits, abonne-toi à mon fil Twitter : https://twitter.com/sexual_guy1